Suivez-nous sur la page Facebook de Ma Cuisine Création
Accueil Ma Cuisine

> Retour aux trucs et astuces


La hotte : évacuation ou recyclage ?

Vapeur d’eau, fumées grasses et mauvaises odeurs n’épargnent aucune cuisine. Pour s’en débarrasser vite et bien, la hotte est indispensable. Mais doit-elle fonctionner en évacuation ou en recyclage ? Goûts culinaires, architecture, type de ventilation et économies d’énergie doivent être pris en compte.

La hotte à évacuation (ou à extraction)

De gauche à droite : La hotte à évacuation (ou extraction) envoie l’air vicié vers l’extérieur. Ce système a besoin d’une arrivée d’air dans la cuisine pour bien fonctionner. Schéma Elica. Ingénieux conduits d’évacuation plats qui se cachent au-dessus des meubles hauts. Schéma Miele.

C’est selon les spécialistes le meilleur procédé car il expulse humidité et odeurs hors de la maison tandis que les graisses en suspension sont captées par des filtres en métal tressé. Une fois saturés, ces derniers se lavent à la main dans l’évier ou au lave-vaisselle.

Le principe de l’évacuation demande une installation assez lourde. La hotte est reliée par le truchement d’un conduit en aluminium à une bouche d’évacuation placée en façade ou le toit. La gaine doit être la plus courte et la moins coudée possible pour éviter les pertes de puissance. Il faut que son diamètre soit égal ou supérieur à celui de la sortie du moteur (125, 150 ou 200 mm). Attention, il est interdit de brancher sa hotte sur la VMC ou sur un conduit de cheminée.

Un apport d’air supplémentaire dans la cuisine est nécessaire pour créer un flux d’air et ne pas mettre la cuisine en depression. La solution la plus simple : ouvrir la fenêtre. Sinon, il faut installer une bouche d’aération. Le système à évacuation est perfectible grâce à l’emploi d’une motorisation à distance qui réduit le niveau de bruit. Le moteur est déporté hors de la hotte dans les combles, le garage ou dans un caisson fixé en façade ou sur le toit. Seules quelques hottes dites « sans moteur » s’adaptent à cette configuration. Il existe également des réducteurs de bruits qui se placent sur les gaines, mais ils peuvent réduire les performances d’aspiration.

La hotte à recyclage

De gauche à droite : La hotte à recyclage rejette l’air une fois débarrassé de ses graisses et de ses odeurs dans la cuisine. Mais elle n’évacue pas l’humidité. Schéma Elica. Emplacement du filtre à graisses sur une hotte Novy.

Comme son nom l’indique, ce système retraite l’air en circuit fermé. Par son aspect, une hotte à recyclage ne diffère guère d’un modèle à évacuation. Normal, puisque la plupart des hottes fonctionnent avec les deux systèmes. Il existe néanmoins certains modèles ne fonctionnant qu’avec l’un ou l’autre système. La hotte à recyclage conserve les filtres à graisses, mais remplace la gaine d’évacuation par un filtre à odeurs composé de billes de charbon. Un filtre standard se change environ tous les six mois. Il existe aussi des versions régénérables qui durent entre un et trois ans.

Exemple d’installation avec moteur déporté hors de la cuisine. Schéma Miele.

Recyclage vs Évacuation

Les spécialistes reprochent au recyclage sa moindre efficacité. En effet, avec un moteur de puissance égale, il traite un quart d’air en moins que le système à extraction et génère plus de bruit en fonctionnement. De plus, il n’évacue pas l’humidité. Il s’adapte donc médiocrement aux logements anciens qui ont été isolés et disposent d’une ventilation peu efficace. Et surtout il s’apparie mal aux inconditionnels de recettes traditionnelles dont les cuisines sont de grosses productrices de vapeur, fumées et graisses.

En revanche, la hotte à recyclage s’harmonise mieux à l’habitat contemporain. Elle s’installe où l’on veut sans poser la question de l’acheminement d’une gaine d’évacuation, souvent difficile, voire insurmontable, dans les immeubles modernes ou lorsqu’il y a un îlot de cuisson. De plus, la hotte à recyclage complète à la perfection une moderne VMC hygroréglable ou double flux dans une démarche globale de meilleure gestion de l’air intérieur et d’économies d’énergie. La première se réserve les plus courts instants de la cuisson sans rejets d’air vers l’extérieur, la seconde gère dans la durée l’assainissement. Inversement, une hotte à évacuation perturbera toujours peu ou prou le fonctionnement de la VMC et gaspillera beaucoup de chaleur intérieure en hiver.

Enfin, il faut bien reconnaître que le style culinaire actuel dure moins longtemps et limite les dégagements d’odeurs, de vapeur et de graisses. La hotte à recyclage s’accommode très bien de ces cuissons discrètes.

Eric Chevalier
Cuisines & Bains Confort Magazine


> Retour aux trucs et astuces

2008-2020 © Ma Cuisine Création - Mentions légales
Produits : Cuisine - Salles de bains/Rangements - Décoration/Carrelages - Equipements/Electroménager